Après vous avoir SOÛLÉS avec mon album de cet automne, il est temps de passer à l’hiver dans mes articles. Je vous avais montré Inokashira sous la neige, mais étant donné que nous avons passé notre Noël et Nouvel An en Thailande et au Cambodge, je n’avais pas eu l’occasion de profiter des illuminations de Noël – ou de l’hiver en général – au Japon comme je l’avais fait lors de mon voyage en 2014. (ma vie terrible vous bise le coeur là, non ?)
Alors, lorsque mes amis Atzy et William nous ont proposés de les accompagner pour aller admirer d’illuminations d’Ashikaga Flower Park j’ai sauté de joie ! (et Samuel pas du tout évidemment mais, le pauvre, il a cru qu’il allait y échapper)

Ashika…quoi ?

Ashikaga est le nom d’une région ET d’une ville qui se trouve à 2h de route de Tokyo.
Atzy et William, qui ont une voiture, ont eu la gentillesse de venir nous récupérer et de nous conduire jusque-là (merci encore !).

La ville est toute petite, et nous y sommes restés qu’une petite journée,
mais nous avons pu y voir le temle Orihime, l’ancienne école Ashikaga Gakko et bien sûr, le très populaire Ashikaga Flower Park qui se trouve un peu plus loin.


.

Orihime Shrine

Notre premier stop fut donc au temple Orihime, qui est le gardien de l’industrie textille d’Ashikaga depuis plus de 1200 ans. Il est connu par ses habitants comme héberger le dieu de la reconstruction industrielle et du mariage. En effet, c’est un lieu sacré pour les amoureux, et il a été récemment reconnu comme un héritage du paysage de nuit, en raison de la magnifique vue nocturne que le sanctuaire offre sur la ville.

Nous y sommes montés en voiture, car le parking se trouve juste à côté, mais nous avons tout de même pris la peine de descendre ses grands escaliers (et de les…remonter, du coup). Je ne sais pas si c’était ponctuel ou si c’est toujours le cas, mais ils étaient bordés de petites lanternes très colorées qui rendaient le passage vraiment mignon !

En bas, de l’autre côté de la rue, se trouvait un temple minuscule dans lequel nous nous sommes aventurés. Alors que nous prenions des photos, un monsieur qui travaillait là s’est approché de nous. Nous avons eu peur d’avoir fait une bêtise, mais il s’avérait que ce jour là était le Setsubun Day. C’est une fête nationale qui est célébrée le 3 février de chaque année, qui célèbre l’arrivée du printemps selon l’ancien calendrier lunaire.

Pour la petite histoire, la tradition la plus connue de setsubun, est le mame-maki (豆撒き). Il s’agit de lancer – maku (撒く) (qui veut en réalité dire « semer ») des graines de haricots – mame (豆) – grillés par la fenêtre des maisons en criant alternativement :
« Oni wa soto ! Fuku wa uchi ! » (« 鬼は外 ! 福は内 ! »), ce qui signifie « Dehors les démons ! Dedans le bonheur ! ». On est d’accord, ils ne se sont pas foulés sur les dialogues.
Il s’agit donc de faire fuir les forces néfastes incarnées par les oni (démons) qui cherchent à envahir le foyer à chaque nouvelle année et d’attirer la bonne fortune dans la maison (oui oui, en lançant des graines, cherchez pas à comprendre).

Le monsieur nous a donc expliqué cette tradition et nous a invité à lancer des graines à notre tour. Évidemment, comme nous n’avions pas le script sous les yeux, on a répété ce qu’on a cru entendre, un truc du genre « oignon sauté ! Fous-le-camp, OUTCHI ! ».
Mais ne nous jugez pas, nous avons tout de même fait de notre mieux.

En rentrant le soir, nous avons effectivement eu droit à la même scène dans notre Guesthouse. Une personne portait un masque de petit démon, et les autres lui balançait des graines dessus (sinon, à par ça, ils sont très gentils les japonais !).

On m’a expliqué aussi qu’une autre tradition veut que l’on mange un long maki – appelé « ehōmaki » – en un seul morceau, dans la direction ehō (恵方) afin d’être heureux le reste de l’année. Ehō est la direction annuelle d’eto (干支), qui représente les douze signes du zodiaque chinois.
Cette tradition est apparement venue d’Osaka, où elle est appelée « marukaburizushi » (qui veut dire « rouleau de sushi croqué tel quel »), et qui s’est répandue en 1998 après que la chaîne de konbini 7-Eleven l’ai commercialisé sous le nom d’ehōmaki (so so so so so).


.

Ashikaga Gakko

Après la visite du temple Orihime, il était tard donc nous avons fait une petite pause dans un restaurant de soba (c’est par ici l’adresse) à côté du quel semblait se trouver un temple ou quelque chose du genre. Après le repas,
comme il nous restait du temps avant le coucher du soleil nous sommes allés y jeter un oeil.

Il s’avère que ce lieu est une école datant de la période Muromachi, voire même un peu avant (donc autour de 1400). À l’époque, le lieu est rénové et transformé en école par Uesugi Norizane, qui a demandé à ce que les habitants fassent des dons de livres et a commencé à y donner des cours.
Au début du XVIe, l’école compte 3.000 élèves ! Elle est d’ailleurs présentée à l’étranger – par Francisco Xavier – comme « la plus grande et la plus célèbre université de l’Est du Japon ».

Aujourd’hui, Ashikaga Gakko est réputée pour être la plus ancienne école du Japon. On dit même que l’éducation scolaire japonaise aurait commencé ici-même. C’est très certainement pourquoi le site a été reconnu comme un site du patrimoine du Japon en Avril 2015.
Bien évidemment, et SANS SURPRISE, le lieu a été reconstruit après un incendie (la cause, cette fois-ci, c’est la foudre).

Après quoi il commençait à être bientôt l’heure du coucher du soleil. Et étant donné que c’était le dernier weekend d’illumination, nous savions qu’il y aurait du monde donc nous voulions être à l’intérieur AVANT.


.

Ashikaga Flower Park

Le parc est extrêmement connu qui abrite 350 arbres wisteria, dont un de 150 ans qui est incroyable de mi-avril à fin mai (voir photos ici). Ce qui me donne énormément envie d’y retourner à cette période !

Nous y sommes arrivés une petite heure avant qu’il ne fasse totalement noir, ce qui nous a permis de nous poser un peu et de grignoter.

Ensuite, à la nuit tombée, tout s’illumine et c’est vraiment MAGIQUE. Nous étions comme des gamines avec Atzy. (les deux chéris eux discutaient et semblaient s’en foutre TO-TA-LE-MENT hahaha). Je laisse place aux 12.000 photos 😀

Pour les chiffres, pour vous faire réaliser à quel point ce sont DES GRANDS MALADES, le parc est illuminé de plus de 4 millions (QUATRE MILLIONS) de leds et il a été élu le plus beau parc illuminé parmi 4.800 autres.

Enfin voilà, c’était vraiment très beau, très grand, très magique, et très chiant pour les garçons, haha. Cela nous a tout de même énormément donné envie d’y retourner avec Samuel durant le printemps, et bien que ce sera très particulièrement touristique et assez loin nous aimerions vraiment revenir avec les copains ! 🙂