Nous étions plus qu’heureux, après deux jours et deux nuits passés là-bas, de quitter la ville de Bangkok. Nous sommes donc arrivés au petit matin dans le sud de la Thailande.

Arrivée à Krabi

Après une soirée et une nuit dans le bus (soit un peu plus de 12h de bus), nous sommes arrivés un peu avant 8h dans la ville de Krabi. Nous avions réservé des tickets pour une navette vers l’île de Phi Phi à 9h, ce qui nous laissait une petite heure pour nous rendre au port de la ville.
Nous avons donc sauté dans un tuk-tuk – que nous avons, soit dit en passant,
payé 3 fois plus cher que les locaux qui effectuaient le même trajet que nous ! Encore un « traitement de faveur » pour les touristes 🙁

Une fois arrivés au port, nous avons présenté nos billets électroniques au guichet, et après un peu d’attente nous avons pu embarquer – ENFIN – en direction de Koh Phi Phi.

Si vous ne le savez pas déjà, sachez que koh veut dire île en thaïlandais. Donc si vous demandez votre chemin à quelqu’un, ne dites pas « Koh Phi Phi Island », pour la personne ça revient à « île île de Phi Phi » 😀

Pour ceux qui souhaiteraient effectuer ce voyage, notez que :
• soit vous êtes les premiers à embarquer, mais vos valises se trouveront sous un tas d’autres sacs ;
• soit vous êtes les derniers, et vous pourrez récupérer vos valises en premier en sortant…mais il vous faudra passer le trajet sur le pont en plein soleil !

Nous avons, pour notre part, opté pour la première solution ! Bye bye les valises ! Haha.


.

Arrivée à Koh Phi Phi

Après une heure et demie sur l’eau, nous sommes enfin arrivés à Koh Phi Phi ! Nous redoutions un peu ce que nous allions y trouver, car nous avions lu que l’île était très très touristique…

La preuve en est qu’en arrivant sur l’île on vous fait payer 300 bahts pour financer les frais de nettoyage. Effectivement, le tourisme de masse (et SANS LE MOINDRE RESPECT NI ÉDUCATION) pollue allègrement l’île, et c’est bien triste.

Beaucoup de retours de voyageurs disaient qu’ils avaient détesté cette destination à cause des backpackers qui arrivaient en masse chaque jour pour faire la fête. Beaucoup s’étaient plaints du bruit et du comportement irrespectueux de jeunes voyageurs totalement bourrés. (Et des backpackers, sur notre bateau il y en avait une sacrée quantité !).

Un commentaire disait même : « N’espérez pas vous endormir avant 1h ou 2h du matin« . L’horreur ! C’était donc pour cette raison que j’avais réservé un hôtel trèèèès loin du centre !

Et si j’avoue, avoir douté durant le trajet sur notre choix d’île, en arrivant le paysage m’a rappelé les raisons :

Vous l’avez compris, ce lieu est exactement ce que l’on peut voir sur les cartes postales ! Une vraie merveille !!

En arrivant, un membre de notre hôtel nous attendait. Comme je vous le disais plus haut, nous avions réservé un hôtel très loin du centre dans l’espoir d’avoir un peu de calme, et pour cette raison il nous fallait prendre encore bateau pour nous y rendre !

De la barque, nous avons eu un triste aperçu général de l’île : des bungalows et des hôtels poussent de partout sur l’île et détériorent totalement le paysage… et tous sont agglutinés les uns sur les autres.

J’avais épluché tellement d’annonces, hésité avec tellement d’hôtels qui me paraissaient plus beaux les uns que les autres. Mais en les voyant à présent en vrai, et de loin, je réalisais que les photos avaient été prises sous un certain angle. En les regardant, on ne réalisait pas du tout ce qui se trouvait AUTOUR de l’hébergement.

On a réalisé à ce moment là que nous n’y échapperions pas : nous serions collés à d’autres et nous ne serons pas au calme ces deux prochaines nuits… Tant pis…

.

Sunset Bay Resort

Mais au fur et à mesure que notre petite embarcation avançait, on apercevait au loin des établissements qui semblaient bien isolés, totalement entourés d’une végétation luxuriante et, comme la chance était de notre côté, notre hôtel en faisait parti !

Nous avons donc découvert notre petit paradis pour les deux prochains jours, les yeux pétillants et avec un sourire collé sur la figure, un de ceux qu’on a du mal à enlever.

On nous a installé dans un joli bungalow de bois, haut perché, avec une vue à couper le souffle sur la baie. Au loin, Monkey Beach, et à nos pieds, une petite plage privée.

Comme il était déjà midi, nous avons décidé de déjeuner à l’hôtel. Et ce fut la meilleure idée car leur cuisine…mon dieu, un délice !
Et ce cadre…CE CADRE !
À peine installés qu’une jeune fille vient nous déposer un petit bouquet aux feuilles tressées, et la directrice – qui est un amour – en a profité pour se présenter et nous rappeler qu’elle était là si nous avions besoin…

Bref, nous étions clairement aux anges !


Après cette petite pause, nous avons pris notre courage a deux mains et nous sommes arrachés de ce petit paradis pour aller explorer le centre ville.


.

Le centre « ville »

L’île a un peu une forme de H. Au centre, au niveau de « la barre », se trouve le port (par là où nous sommes arrivés), le centre ville et la plage principale.
C’est là où se trouvent 95% des restaurants et hébergements.
C’est donc là où la quasi totalité des gens se trouvent aussi.

(Ça donne pas envie hein ? POURQUOI les gens ont ce besoin de se mettre TOUS au même endroit ?! Cette île est composée à 99% de plages paradisiaques et vides, POURQUOI aller là ?!)

#PassionRacines

Après ce petit tour, nous nous sommes posés dans un petit restaurant trop mignon pour boire un verre, avant de retourner sur la plage principale retrouver notre boat-driver pour qu’il nous ramène à l’hôtel.


.

Bonne nuit Phi Phi

Lorsque nous sommes rentrés, le soleil commençait déjà à se coucher. Nous en avons profité pour l’admirer depuis la petite plage de l’hôtel, où nous tentions d’attraper des crabes.
Mais on était grave nuls.

Ensuite, nous nous sommes posés dans le petit restaurant pour dîner (dans lequel ils avaient tenté de fabriquer un sapin avec des branches d’arbre) (et ouais, le soleil ça cogne hein..) (non je suis méchante, c’était trop mignon 😀 ).

Bref, une soirée magique !!

En nous couchant, nous avons effectivement entendu les « boum boum boum » des boîtes de nuits ouvertes et des bars qui résonnaient dans toutes la baie. Cependant, ce qui était le plus bruyant pour nous fut les bruits de la jungles, auxquels nous ne sommes ABSOLUMENT PAS habitués !
Mais nous étions beaucoup trop fatigués pour nous en plaindre…bonne nuit 🙂

.

Dans la jungle paisible jungle

Je crois que ce fut la journée « remise à jour des pendules ».

Déjà, elle avait mal commencé, cette journée : lorsque j’avais ouvert les rideaux et que j’ai vu les nuages et la bruine, je m’étais effondrée en larmes. C’était tellement injuste. Depuis le temps que nous rêvions de ces vacances, et maintenant que nous y étions enfin…IL PLEUVAIT. C’était pas juste.

Mais Samuel m’a remis les pendules : j’étais princesse pourrie-gâtée (ce qui est plutôt très vrai), et il était temps que je me rende compte de la chance que j’avais. Qu’on était déjà parti s’installer au Japon, que j’avais voulu voyager et qu’on avait une chance inouïe d’être ici. Et que pleurer pour 3 gouttes de pluie alors qu’il faisait 30 degrés dehors, c’était quand même pas mal des grosses conneries (ce qui est plutôt très vrai aussi).

Alors il a séché mes larmes avec un bisou, et après un copieux repas nous nous sommes mis en marche pour traverser un bout de l’île dans l’objectif de trouver une superbe plage que j’avais trouvé sur internet.

Mais la suite n’était pas vraiment ce que nous avions prévus…

Après une grosse heure de randonnée en pleine jungle – et EN TONGUES – nous sommes arrivés dans une zone où les habitations étaient abandonnées.
On s’en est rapproché et nous avons tristement constaté que c’était un hôtel avec bungalows qui avait commencé à être construit… mais le chantier avait apparement été abandonné et le lieu avait été laissé tel quel.

On s’est dit que beaucoup donneraient cher pour avoir un bungalow ici.

Et juste, derrière, nous attendait la fameuse plage.

Cependant la déception fut grande : elle était vraiment sale et polluée par des touristes irrespectueux qui ne nettoient pas derrière eux. Certains des déchets – nous expliqua notre hôte plus tard – sont ramenés par les vagues. Ils proviennent des bateaux de touristes qui balancent leurs sacs poubelle à la mer.

Et ça, ÇA ME DÉGOÛTE.
Est-ce vraiment si compliqué de respecter les gens et les lieux dans lesquels nous passons ?

Cette destination anciennement paradisiaque a donc pris un triste aspect. Et comme si cela n’était pas suffisant, les nuages gris et le vent donnait à la mer un aspect des plus lugubre…

Et je crois que c’est à ce moment-là que Sam a craqué.
Il m’a demandé POURQUOI j’avais eu besoin de nous emmener à 2h de marche pour une soit disant plage « paradisiaque » alors que l’on en avait déjà une aux pieds de notre bungalow. #mecpragmatique

C’est alors que nous nous sommes rendu compte que nous étions incapables de NE RIEN faire.
Qu’il fallait toujours que l’on bouge, voit un maximum de trucs, et il était évident que nous étions incapables de nous poser.
C’est vrai. Qui avais-je donc besoin d’impressionner avec ma plage, celle que nous avions à l’hôtel était tellement suffisante.

Alors, à partir de ce moment, nous avons dit « stop » et nous avons décidé que nous resterons dans notre petit hôtel jusqu’à notre départ ! Il est tellement parfait, quelle idée de vouloir en partir, sérieux !
Nous sommes donc rentrés et nous sommes baignés pour la première fois…devant notre hôtel 🙂


.

Dernière journée sur Phi Phi

Après une grosse nuit de sommeil nous nous sommes réveillés…le jour du départ (Quoi ?! Déjà ?! Mais non !). Bien que nous n’ayons pas été très chanceux avec la météo, cette étape du voyage nous avait permis de remettre les choses à leur place dans nos têtes. Avec les vies qu’on menait depuis des années, on ne savait plus s’arrêter et juste profiter.
Il nous fallait toujours PLUS, et il était temps que cela cesse.

Nous avons donc petit-déjeuner une dernière fois à l’hôtel (écoutez une musique triste en lisant cette phrase s’il vous plaît), nous demandant si ils accepteraient de garder nos valises jusqu’à 15h, heure de départ de notre navette pour Koh Lanta, la prochaine étape.
Mais notre hôte a été adorable et nous a dit qu’on pouvait laisser nos affaires ici. Elles nous a même dit que nous avions le temps de leur emprunter un kayak pour aller jusqu’à Monkey Beach qui était en face de l’hôtel, de l’autre côté de la baie.

Ce n’était pas une activité que nous avions prévu, ni même envisagé, mais lorsque c’est proposé avec tant de motivation et un sourire aussi chaleureux, comment refuser ?

.

Monkey Beach

Nous avons donc laissé toutes nos affaires derrière nous et nous avons sautés dans ce kayak après que j’ai enfoui mon téléphone dans un sac plastique : une plage avec des singes ? Je n’en repartirai pas sans photos ! (MEILLEURE IDEE DU MONDE).

Nous avons donc ramé.

Enfin…Samuel a ramé.
Car – APPAREMENT – moi je ne nous faisais que tourner sur place sans nous faire avancer. (Notez l’astuce)

Nous sommes donc arrivés sur la plage vers 10h, et nous avons eu la chance de pouvoir y passer une petite heure seuls avant que les bateaux de touristes n’arrivent.

Enfin « seuls »……presque !
Nous étions encerclés par des petits singes qui se sont jetés sur notre kayak à la recherche de nourriture et d’objets à voler. Heureusement, nous ne sommes pas nés de la dernière pluie et nous avions bien pris soin de tout ranger dans le compartiment fermé de notre petite embarcation.

Et ouais, c’est pas au vieux singe qu’on fait la grimace les gars.
Maintenant, filez moi vos bananes !


.

Bye Bye Koh Phi Phi

Et puis nous sommes rentrés rendre notre kayak. Et après un dernier repas (ils étaient beaucoup trop bons !) nous avons pris la direction du centre pour prendre notre navette.

Et une fois installés dans le bateau, il a commencé à pleuvoir vraiment fort. Finalement, nous avons eu de la chance et nous sommes passés entre les gouttes jusque là ! Nous avons d’ailleurs eu une petite pensée pour les centaines de touristes qui arrivaient pour passer les fêtes ici, l’arrivée sur l’île devait leur paraître un peu triste avec cette tempête…

Allez, à présent, en route pour Koh Lanta (ouais, là où a été tourné l’emission, ne commencez pas!)

Merci Koh Phi Phi, merci Sunset Bay Resort.
Tout était parfait, même si il m’a fallu un peu de temps pour le voir 🙂