Je vous avais parlé rapidement de cet endroit dans cet article, mais nous y sommes retournés avec toute la troupe pour y passer un bout de soirée. Cela m’a permis d’y prendre plus de photos afin de vous parler un peu plus de cet endroit 🙂

Ce soir là nous avons emmené la troupe à Shinjuku, histoire de se prendre une bonne dose de building et de néons dans la tête. C’était aussi l’occasion de leur montrer ce quartier dans lequel ils n’avaient pas encore mis les pieds.

Après leur avoir montré la tête du Godzilla en haut du cinéma, et fait un petit tour, nous nous sommes dirigés au Golden Gai. Qui, bien qu’il soit « gai » ne soit pas franchement « golden ».

Le Golden Gai

Comme je vous l’avais déjà expliqué, le Golden Gai est un très vieux quartier qui a dû se convertir en 1960 suite à l’interdiction de la prostitution (déso les gars).
Même si cela reste un quartier un peu « chaud » où on y croise bon nombre de rabatteur qui veulent nous faire entrer dans des bars à hôtesse (« Non merci. Non. Non merci. J’AI DIT NON. »), le Golden Gai est très sympas car il regroupe plus de 200 bars datant d’après-guerre, dans lequel on ne peut entrer qu’une poignée de personnes, ce qui lui donne une ambiance très particulière !


.

ロンリー (Lonely)

Cependant, il est parfois difficile de trouver de la place dans ces bars minuscules. Et plus difficile, d’en trouver un qui ne vous prendra pas une « cover charge » de 1,000 yens sous prétexte que vous êtes « foreigner » (si si).
Des amis m’avaient fait découvrir celui-ci où la décoration est incroyable, le gérant adorable,
les prix NORMAUX et l’ambiance très agréable, et il y a souvent de la place.
C’est donc là que nous avons passé notre début de soirée 🙂


.

Isakaya Time !

Ensuite, en bons petits japonais que nous sommes, nous avons fini notre soirée dans un Isakaya où nous y avons rejoins d’autres amis.
Un isakaya est le « bar » typique où je japonais vient boire des coups. À la différence d’en France, la coutume y est aussi d’y commander de nombreux petits plats que tout le monde se partage. Un peu comme un bar à tapas japonais !

En effet, au Japon les gens commandent à manger « pour tout le groupe » et ne commande que très rarement des plats individuels. Ils ont se côté « partage » que l’on a que très peu en France. Au début cela est déstabilisant (« D’OÙ TU TOUCHES À MON ASSIETTE MEC ?! ») mais on s’y fait rapidement 😉