Et voici notre dernière journée dans le Kansai. Ce soir nous remonterons sur Tokyo et tous les copains commenceront à rentrer un par un en France. Mais n’y pensons pas encore, aujourd’hui, une magnifique journée de visite nous attendais sur Kyoto !

Fushimi Inari Taisha

Ce matin nous avons quittés notre Airbnb en direction d’un des spots les plus touristiques de Kyoto. Avec Samuel nous avons essayé de planifier ce séjour avec un maximum de « comme les Japonais », mais les Japonais ADORENT les spots touristiques aussi. Et puis, on le sait, lorsque les gens voyagent ils ont quelques clichés en tête qu’ils aiment bien voir de leur propres yeux.

Nous nous sommes donc rendus, pour ce dernier jour au Fushimi Inari Taisha qui est principalement connu pour une chose : ses 10.000 toris rouges.
Ce temple est simplement le plus grand sanctuaire shinto du Japon. Rien que ça.
Il a été construit en 711 pour Inari, la déesse du riz et plus largement la richesse (que le riz ça va bien 5 min).

Si vous y allez, notez qu’il n’y a pas beaucoup de casiers (et le peu qu’il y a sont pris d’assaut), mais en sortant de la station, prenez direct à gauche et sur votre droite il y a une petite boutique qui vous gardera vos bagages contre quelques yens.
Pratique Patrick !

Toutes ces petits toris sont -désolée de casser l’ambiance- des publicités de grosses entreprises.
En effet, les jolies écritures que vous pouvez voir sur les poteaux sont, en réalité, les noms de grands hommes d’affaires, sociétés et grands groupe ainsi que la date de pose.

Si jamais vous vouliez vous aussi votre propre tori, notez qu’il vous faudra débourser -suivant la visibilité du tori – entre 175.000 yens (soit un peu moins de 1.300€) et 1,3 millions de yens (soit un peu plus de 9.500€).
Bon, par contre, il y a une attente de plusieurs années,
mais ne vous découragez pas hein !

Pour revenir à notre visite, cette balade est en réalité le début d’un chemin de randonnée d’environ 2h qui se dirige vers la vallée.
Nous avons donc fait comme 99% des touristes, nous avons baladé au début du chemin, pris des photos, puis…
…COMME IL FAISAIT FAIM…
…nous nous sommes dirigés vers le petit marché au pied du temple.

Ensuite nous avions plusieurs possibilités : soit retourner plus dans le centre et refaire le quartier de Gion, soit aller voir le petit temple que Google Map nous indiquait à une petite demie heure de marche.

Nous avons donc opté pour la seconde solution ! (Fallait bien perdre tout le gras qu’on venait de manger)
Et la balade en valait la peine, c’était vraiment super mignon !

.
Hoto-ji

Ça, ce fut la seconde belle surprise de ce séjour à Kyoto.

Nous sommes donc arrivés au temple et nous y avons vu une queue énorme que nous avons, le plus logiquement du monde, contourné pour voir les façades extérieures et se dire « Bon, maintenant on va visiter quoi ?« .

Sauf que je-ne-sais-plus-comment nous avons compris que toute cette immennnnnnnnse queue était pour la visite des jardins. Et, comme on est des gens malins, on s’est dit « Ah mais si y’a autant de monde c’est que ça ne doit pas être mal !« . Alors nous avons fait la queue.

SAUF QUE on s’est rendu compte après 20min d’attente que tous les gens autour de nous avaient des tickets dans leurs mains.
Et là on s’est dit « Merde. Y’a un truc. »

DONC j’ai couru aux caisses où il y avait une queue toute aussi longue. Et j’ai fait ma PIRE TOURISTE DE MERDE :
j’ai doublé tout le monde afin de pouvoir ramener fièrement 9 petits tickets à mes poussins avant qu’ils ne soient devant l’entrée du jardin.

La mission était donc accomplie, et je m’excuse auprès de toutes ces personnes que j’ai doublé, c’était pas cool j’avoue.

Cela dit, le monde, l’attente, la course et le prix en valaient la peine : l’intérieur était magnifique. Cela m’a fait pensé un peu aux deux derniers temples visités la veille.

Par contre. Oui. Y’avait vraiment beaucoup de monde. Tellement, que nous étions obligés de faire la queue pour voir les érables. Surtout au début.

Mais lorsque l’on visite des endroits aussi touristiques durant des saisons aussi magnifiques,
je pense qu’il ne faut pas s’étonner du monde et de la foule. Surtout que l’on en fait soi-même parti 🙂

Bref, en tous cas c’était trop beau !!

Bye bye le Kansai ! Hello Tokyo !

Et voilà, ce post marque la fin de notre visite des plus grandes villes du Kansai. Moi qui avait toujours vu Kyoto sous la pluie ces deux jours m’ont vraiment réconciliés avec la ville, même si je sais que c’était des conditions particulièrement privilégiées !

Alors, vous l’aurez compris : si vous êtes au Japon durant la saison des érables, Kyoto est un passage O-BLI-GÉ !