Après notre visite d’Osaka, Minoo et Nara nous sommes enfin arrivés à notre dernier stop avant notre retour sur Tokyo : la ville de Kyoto ! Et en plein automne, c’est quand même quelque chose !

L’article est un peu (très) (trop) long, excusez-moi, mais nous avons vu beauuuuuuuuucoup de magnifiques choses ce jour-là !! 🙂

Kinkaku-ji et son pavillon d’Or

Pour débuter cette première journée à Kyoto nous avons commencé par le lieu le plus emblématique de la ville : Kinkaku-ji, plus connu sous le nom du « Temple du Pavillon d’Or ». Il porte ce nom tout simplement car l’intégralité du bâtiment,à l’exception du rez-de-chaussée, est recouvert d’or pur.

#idéeoriginalepourlesmursdevotrechambre

Nous avons eu de la chance car notre Airbnb se trouvait juste à côté d’un arrêt où le bus nous a amené directement jusqu’à ce temple. Après quelques minutes de marche dans la première partie des jardins qui étaient illuminés par les couleurs vives des érables, il faut payer 400 yens (environ 3€) pour pouvoir poursuivre la balade et ainsi voir le temple.

Le temple a été initialement construit en 1397, mais a été incendié plusieurs fois durant la guerre d’Onin et seul le pavillon d’or a survécu. En 1897, l’État japonais promulgue une loi sur la protection des sanctuaires et temples ancien, et le Kinkaku-ji devient, la même année, un des premiers trésors nationaux.

MAIS – retournement de situation ! – en 1950 le pavillon d’Or a été totalement incendié par un moine mentalement déficient et, malgré le fait qu’il été ensuite reconstruit à l’identique 5ans plus tard, cela lui a fait perdre son statut de « trésor national » étant donné qu’il avait perdu « l’authenticité de ses matériaux ».
Tristesse.

Cependant, dans son jardin (qui a gardé l’apparence de l’époque), il y a une petite placette cachée avec un pin vieux de 600 ans qui a survécu à tout ces incendis. Il était chéri par Yoshimitsu, le constructeur initial du temple, qui l’a forcé à pousser en épousant une forme très particulière et très difficile à obtenir.

Il est par contre dommage de constater qu’une très grosse partie des touristes, les yeux rivés sur le pavillon d’Or, passent à côté de cette endroit qui se trouvent tout simplement dans leur dos.

Après cette magnifique visite… devinez quoi ?
…ON AVAIT FAIM ! C’est fou non ?
Nous avons donc repris le bus en direction du quartier le plus animé de Kyoto : le quartier de Gion, qui est principalement composé de rues marchandes abritées.

Le quartier de Gion
et le Nishiki Market

Alors que le reste de la bande avait une envie de ramens, nous avons pris la direction de Nishiki Market avec Louise, qui est le paradis de la bouffe. Pas la peine de vous préciser qu’on a trouvé deux-trois trucs à grignotter avant de tomber sur un restaurant de burger vegan sur lequel nous avons finalement jeté notre dévolu et qui était trop bon 🙂

Ensuite, nous avons marché jusqu’à Nanzen-ji. Même si le trajet était un peu LONG, ça nous a permis de voir des rues mignonnes, de digérer et, surtout, de repérer un café pour le goûter. Donc c’était plutôt cool.

Nanzen-ji

Nanzen-ji est l’un des cinq temples zen de Kyoto et l’un des plus important du monde. Temple bouddhique zen depuis 1291, il abrite maintenant l’école Rinzai du bouddhisme zen. C’est une école qui recherche l’équilibre entre la pratique du zazen (médiation assise), le travail physique et l’étude des koan (j’ai pas compris ce que c’était, désolée)..

Ce temple nous en a vraiment mis plein les yeux, une vraie claque à coup de branche d’érables. Mais ce n’était rien en comparaison du suivant, qui se trouve à quelques minutes de marche de celui-ci !

Eikan-do Zenrin-ji

Eikan-do Zenrin-ji est connu pour une chose : ses érables. Et HYPER renseignés comme nous l’étions, nous y sommes évidemment allé sans le savoir, évidemment.

Alors après une journée à voir des érables, on s’est demandé si payer pour en voir encore c’était vraiment indispensable.
Mais celui-ci faisaient parti des rares que je n’avais jamais visité auparavant, donc toute la troupe a eu la gentillesse de me suivre, et je crois que c’était la meilleure idée de la journée : les jardins étaient juste hallucinants en cette période ! (Bon… faut pas être daltonien par contre sinon l’intérêt est assez moindre)

Il y avait beaucoup de monde, mais vu que l’on marchait principalement le nez en l’air, cela ne posait pas trop de soucis. Les jardins sont très grands et donnent aussi la possibilité de monter tout en haut d’une petite colline où se trouve une petite dépendance offrant une vue magnifique sur toute la ville.
Apparemment, le soir les érables sont illuminés mais nous sommes arrivés trop tôt pour cela.

Après quoi, devinez…….oui : nous avions FAIM. Nous sommes donc retournés (à pieds, parce qu’on n’avait pas assez marché aujourd’hui HEIN) au petit café vegan que nous avions repéré à l’aller pour se faire un petit goûter de la mort en attendant que Paul – le solitaire – nous rejoigne pour la fin de soirée.

Mais avant, petite pause au Konbini pour s’acheter de quoi grinotter pour tenir sur les 30 min qui nous séparaient du restaurant et où Sam a trouvé un petit bun en forme de Kriby. (Quand je vous dis qu’on a fait QUE manger pendant ce séjour !!)

Cette journée était vraiment incroyable. Certainement, pour ma part, une des plus belles de ce voyage, si ce n’est pas LA plus belle !
Les temples que nous avons vu et ces érables rouges étaient tout bonnement extraordinaires, et m’ont même fait dire que l’automne était devenue ma saison préférée AVANT les cerisiers en fleurs !! C’est pour dire !!

Demain sera notre dernière journée à Kyoto et le soir nous rentrerons sur Tokyo, ce qui marquera la fin de ce petit road trip dans le Kansai. Mais il nous reste deux « petites » visites à faire, alors :
…à suivre… 🙂