J‘y étais déjà allé il y a deux ans pour préparer mes petites jambes à l’ascension du Mt Fuji (je vous en parlais ici sur mon ancien blog) mais Samuel, qui était en stage à l’époque, n’avait pas pu y aller.
Alors la présence de Paul ainsi que de Diane sur Tokyo nous a donné l’occasion à tous de se passer une après-midi là-bas, en route !

Inokashira nous en avait déjà mis plein les yeux niveau « couleurs d’automne » mais le Mt Takao fut encore un niveau au dessus !

Le Mont Takao est à 1h de Tokyo, vers l’Ouest, lorsque l’on prend la Chuo Line jusqu’à son terminus TAKAO, puis changer pour TAKAOSANGUCHI (à tes souhaits).

Lorsque nous sommes sortis de la station, ce fut l’explosion de couleur avec un immense Ginko jaune vif qui surplombait la carte du Mont. Sur celle-ci on peut y voir que plusieurs chemins mènent au sommet. Et comme nous étions arrivés tard, nous avons décidé d’opter pour l’option « GROSSE FEIGNASSE », qui consiste à prendre le funiculaire jusqu’au sommet

Moyennant 480 yens (env. 3,60€) nous avons eu le choix entre faire nos feignasses en prenant un funiculaire OU faire nos feignasses en prenant un télésiège. Comme le temps était bon nous avons choisi la seconde solution – qui est en fait la plus lente des les deux (Ah bien oui : nous, quand il s’agit de le prendre cool, on ne fait pas les choses à moitié !).

C’est une fois en haut que la vraie balade peu commencer. On se retrouve plongée dans la forêt aux merveilles, où des temples se cachent aux milieux d’arbres centenaires.

Ce qui est amusant, c’est que l’on y croise des japonais qui sont équipés comme si ils allaient gravir le Mt Fuji. Donc si vous y allez, ne vous laissez pas impressionner par eux : en réalité, le Mont Takao est même accessible en fauteuil roulant ou avec une poussette, donc ne paniquez pas si vous croisez des randonneurs sur-équipés, haha.

(Désolée, j’ai une passion pour les racines. Vous êtes prévenus.)

Une fois (presque) au sommet, on peut donc y découvrir le fameux Takaosan Yakuôin Yûkiji, un magnifique temple bouddhiste. Il est dédié à l’adoration des tengu, ces créatures au long nez du folklore japonais.
Alors oui, ils vénèrent des « dieux » shintô dans ce temple bouddhiste et non n’essayez pas de comprendre. Les traditions millénaires provoquent quelques fois des imbrications dans la foi.

C’est d’ailleurs précisément ici que nous avons vu nos premiers momiji, érables japonais aux couleurs rouges vifs ! Les premiers d’une trèèèèès longue série, mais là n’est pas le sujet.
Comme ce n’était pas encore le point culminent de la saison, les arbres avaient un dégradés incroyable partant du vert jusqu’au rouge et c’était vraiment joli.

Après une pause dessin près du temple, nous avons continués jusqu’au sommet pour y manger des udons et commencer la descente.
Hé, mi-feignasses seulement hein! Par contre, 100% débiles, car nous n’avions pas anticipé que le coucher du soleil était à 16h30 à cette période, donc nous avons terminer notre descente dans le noir, éclairés par les flashs de nos téléphones.

Bien que j’ai un peu regretté la végétation luxuriante (et le soleil!) qu’offre l’été, ce fut vraiment une très belle balade ! Le Mt Takao est décidément une chouette excursion proche de Tokyo qui permet de prendre l’air et d’être en pleine nature.

Cela m’a d’ailleurs donné envie d’emmener Samuel visiter le Mt Mitake, je vais peut-être réfléchir à un petit weekend là bas au retour des beaux jours 😛